NOTES de Jean-Marc Henriot


Les contributions ci-dessous sont organisées de façon à être lues dans l'ordre descendant, (ne tenez pas compte des dates) car elles possèdent une cohérence qui va en s'affinant au fur et à mesure. Certains textes courts méritent sans doute d'autres éclairages plus fouillés ; nous espérons que cela incitera le lecteur à désirer approfondir le thème du jour, pour se l'approprier (wikipédia, etc).

 

Vous pouvez aussi écouter les fichiers audios suivants : vulnérabilité et équivalence , la TBSI

 

TBSI Introduction

 

Bonjour. Je vais consacrer les pages de ce blog -dans la mesure du possible, et je vous prie de m'excuser si c'est un peu épisodique- à l'exposé de ce qui pourra permettre une compréhension de la TBSI (Thérapie brève Self Inductive). Après quoi, je me consacrerai à l'exposé de la Psychanalyse Rêve Eveillé.

 

Vos commentaires seront bienvenus. Et permettront l'évolution du texte, si cela paraît nécessaire.  

 

La  bouteille  à  l’encre

 

Se repérer dans le monde de « la psy » et des thérapies de toutes sortes, voilà une entreprise ardue. Qui sont les psys ? Quelles thérapies existent ? Comment savoir ce qui amènera le résultat recherché ? Sur quoi se baser ? Comment choisir ?

 

Pour une personne désireuse de sortir d’une difficulté psychologique, relationnelle, sexuelle, psychosomatique, etc. la somme des questions s’avère considérable.

 

Lire la suite 0 commentaires

Supprimer le symptôme

 

Vous l’aurez compris, toutes les psychothérapies ou thérapies de toutes sortes, depuis les plus incroyablement farfelues jusqu’au plus rigoureusement scientifiques, peuvent attester de résultats positifs et de témoignages enthousiastes.

 

Cela tient aux facteurs communs non spécifiques. Ceux-ci sont principalement au nombre de quatre :

  

  • L’effet placebo
  • l’effet Rosenthal
  • la qualité de l’alliance avec le thérapeute
  • la motivation du client

 

  • l’effet placebo s’enclenche dès lors que chacun des interlocuteurs pense que la démarche entreprise va être guérissante
  • l’effet Rosenthal a lieu lorsque le « thérapeute » est persuadé que la personne qui consulte est porteuse de capacités puissantes, même si elles n’apparaissent pas au premier coup d’œil
  • l’alliance s’établit autour d’un positionnement du thérapeute qui la favorise, généralement à base de bienveillance, de respect, et d’empathie
  • la motivation dépend des moteurs qui ont favorisé la décision de consulter. La motivation la plus forte se base sur l’intense désir de sortir d’une situation trop douloureuse

 

 

On remarquera que tous ces facteurs sont indépendants du Savoir ou du Savoir-Faire du thérapeute. Non spécifiques ils peuvent amener une amélioration visible… que généralement le thérapeute et son client imputeront, à tort, à la méthode employée. Ce biais cognitif explique la floraison incroyable de toutes ces supposées méthodes thérapeutiques. On est à 400 ou plus, paraît-il. On pourrait en être à 1000. Il suffit qu’une personne érige en « méthode thérapeutique » quelque chose qui lui a fait du bien puis convainque ensuite des personnes en souffrance, en leur assurant qu’elle va pouvoir, grâce à sa méthode, leur permettre d’aller mieux.

 

On ne peut pas dire que cela soit irrémédiablement critiquable, car cela part généralement d’un bon sentiment, ou d’un désir d’être Sauveteur, mais cela rend plus difficile la mise en place d’une compréhension scientifique du noyau guérissant en psychothérapie.

 

Lire la suite 2 commentaires

La crise, une chance

Introduction

    

Précédemment, je vous ai souligné combien il était important de ne pas chercher à prendre le contre-pied du symptôme, de ne pas chercher à vouloir l’éradiquer. En effet, il est porteur d’un message et nous avons donc à comprendre le message afin d’aller mieux, et de voir alors le symptôme disparaître alors naturellement.

  

Aujourd’hui, avant de vous expliquer comment nous sommes bâtis et d’où viennent nos douleurs ou difficultés psychologiques, je vais m’efforcer de vous illustrer en quoi le symptôme est utile et respectable. 

 

Pour cela je vais vous exposer deux cas. 

 

Madame O

Madame O est principalement orientée intérieurement et relationnellement  par un schéma qu’on pourrait appeler F.P. Fais Plaisir.

 

Ce schéma se manifeste de la façon suivante :

 

  •  elle est attentive aux autres
  •   elle pense à leur bien-être avant de penser au sien
  •   elle est gentille, sympathique, serviable
  •   à son travail elle est appréciée, bien qu’elle-même trouve parfois qu’on abuse un peu de sa gentillesse
  •   en couple et en famille, tout le monde se repose sur elle car on sait qu’elle fera le nécessaire dans tous domaines.

 

Elle a bien, de temps à autre, une tristesse intérieure de ne pas se voir plus manifestement aimée, et de récolter finalement bien peu de reconnaissance. Elle ne va pas cependant jusqu’à se dire quelle est la bonne de service. Non, elle pense plutôt que la vie est dure et que sa participation pour l’améliorer, c’est de s’oublier au profit des autres.

 

Lire la suite 0 commentaires

Le poids des étiquettes

 

L’effet Pygmalion est une « prophétie auto réalisatrice ». Les psychologues américains Rosenthal et Jacobson ont démontré d’une façon brillante comment l’idée qu’une personne avait sur une autre, même sans être du tout exprimée, produisait un effet sur cette autre.

 

Des professeurs, persuadés que tel élève avait un fort Q.I., induisaient à leur insu une meilleure réussite de cet enfant, si bien que celui-ci présentait de meilleurs résultats aux tests de Q.I. réalisés ultérieurement. Des étudiants, persuadés qu’un groupe de rats de laboratoire allait avoir de très mauvais résultats, ont observé, chiffres en mains, que leurs rats se révélaient nuls et inefficaces !!

 

Depuis, il a été abondamment démontré que les représentations que nous possédons intérieurement, les étiquettes que nous mettons silencieusement sur l’interlocuteur, influencent ce dernier à un point tel qu’il finit par se comporter avec nous exactement comme nous pensions qu’il allait se comporter. Le supposé agressif va devenir agressif, le supposé sympathique va montrer des qualités appréciables, etc., etc.

   

Lire la suite 1 commentaires

L'Humanité n'existerait pas sans l'empathie

 

L’empathie est cette faculté de se mettre dans la peau de l’autre, et de voir et ressentir le monde à la façon dont lui-même le vit. Il semble que cette faculté soit si importante pour la survie même de l’humanité qu’elle est génétiquement inscrite en nous.

 

En effet, la découverte des « neurones-miroirs » chez l’homme (2010) a montré comment le fait de voir quelqu’un ressentir une émotion, ou faire une action induisait dans notre cerveau l’activation des mêmes zones corticales. Un peu comme si nous faisions nous-même l’action que nous sommes en train de regarder s’effectuer. Notre cerveau est en miroir avec le cerveau de la personne qu’on observe, et il développe à notre insu des schèmes de comportement similaires, même si objectivement nous ne bougeons absolument pas.

 

« L’émotion est communicative ». « Baîller incite les autres à baîller ». Etc…

    

Lire la suite 5 commentaires