Formation a la thérapie de couple




L’Ecole AIRE et son organisme de formation (AIDE Psy) propose une Formation à la pratique de la Thérapie Brève Intégrative du Couple (TBC) inspirée de sa pratique TBSI (Thérapie Brève Self Inductive).

 

Si cela vous intéresse, voici quelques premiers renseignements, et la possibilité de demander les papiers de pré-inscription.

 

A  QUI  CELA  S’ADRESSE ?

 

Cette proposition de formation complémentaire s’adresse tout d’abord aux gens déjà formés dans notre Ecole et qui en font encore partie : Thérapeutes AIRE (agréés et titulaires) et Thérapeutes TBSI. Elle est surtout intéressante pour celles et ceux qui ont suivi les recyclages en TBSI (Thérapie Brève Self Inductive). Compte tenu des compétences qui sont déjà les leurs, ils vont pouvoir assimiler les bases de la Thérapie Brève Intégrative du Couple en quelques journées denses et documentées.

 

Toutefois, il est à noter que ce cursus est aussi ouvert, exceptionnellement, à d’autres professionnels, non membres de l’Ecole AIRE, qui souhaitent acquérir des compétences supplémentaires afin de pouvoir accueillir des couples en difficulté.

LES  THERAPIES  DE COUPLE

 

Nous savons, bien sûr, combien le couple est basé sur des accrochages névrotiques complémentaires, sur le jeu séduisant (mais plus tard source de conflits) des sub-personnalités reniées, et sur l’attente mutuelle d’une rectification des traumatismes dont chacun des deux est porteur.

 

Face à cela, nombre de thérapies de couple essaient de permettre plus d’insight, ainsi que la mise à jour et le dépassement des enjeux névrotiques, une communication mutuelle élaborée, etc. Ne nous cachons pas que cette voie, plutôt longue et difficultueuse, est finalement réservée à des couples de niveau socio-culturel élevé (capables de suivre le thérapeute dans ces diverses propositions). Sans compter que toucher à ces fondations névrotiques du couple exige une formation psychanalytique pleine de doigté. De plus le travail en Cabinet privé mérite de rester ouvert  à toutes demandes, même celles de couples peu habitués au travail psy, ou rigidement accrochés à une certaine vision des choses.

 

 

 

LES BASES 

 

Or, avec une approche plus simple, on peut faire un travail extrêmement fertile auprès des couples, dans la même ligne que celui des thérapies brèves individuelles. Un coup de pouce, permettant le changement d’aiguillage du train conjugal perturbé, qui s’oriente à toute allure dans une direction toujours plus dangereuse au moment de la consultation.

 

Au fond, beaucoup des pratiques que vous avez déjà étudiées (clarification d’une demande, ponctuation, travail sur l’émotionnel, REN, exceptions, orientation vers un futur libéré, paradoxe,  etc.), et que nous reverrons en détail, peuvent s’appliquer au couple. Sous réserve d’avoir à l’esprit les bases spécifiques de celui-ci, enracinées dans l’infantile, telles que nous les avons dégagées lors de certains cours AIRE :

 

 

  • Narcissisme (être reconnu et validé)
  • Tendresse-attachement (juste distance entre fusion et indépendance ; assurer l’attachement)
  • Sexe et pulsions (permettre l’expression : 1) des pulsions, 2) des désirs liés aux fixations)

 

 

LA PRATIQUE

 

Gardant ces bases en ligne de mire, on travaillera à :

 

  •   gérer correctement les disputes (point très important)
  •   savoir faire avec les conflits « insolubles »
  •   régler les conflits solubles et les symptômes encombrants qui en découlent (ennui, difficultés sexuelles, argent, sentiment de
      s’être trompé, somatisations, etc)
  •   terminer les contentieux (exemple : une relation extra-conjugale)
  •   rétablir des frontières saines, aux divers niveaux (couple, enfants, famille d’origine)
  •   sortir des cercles vicieux et des désignations
  •  ou, dans certains cas, effectuer une rupture moins traumatique

 

Mais ceci passera d’abord par un renforcement, très TBCS (Thérapie Brève Centrée sur la Solution), des espoirs du couple, des valeurs communes, des compétences liées aux périodes heureuses, et aussi des tâches orientées vers l’expression de l’amour telle que chacun l’attend du conjoint.

 

Finalement, comme en thérapie brève, les principes sont simples mais la pratique est délicate et subtile ; elle demande aisance et juste positionnement.

 

Que ferons-nous durant cette année ?

 

Suivant notre habitude, nous vous transmettrons :

 

  • une vision synthétique théorique
  • des applications concrètes et pratiques ;
    des points de repères techniques solides
  • un Manuel complet et détaillé (100 pages)
  • puis nous pratiquerons, pratiquerons

 

Le but final est que vous puissiez vous engager efficacement, individuellement et dans votre Cabinet, à recevoir des couples en Thérapie Brève Intégrative du Couple. Dans ce domaine, et si vous tenez solidement les repères qui vous seront proposés, il n’est pas nécessaire que vous ayez (ou ayez eu) une vie de couple sans nuage ( hum… comment ? ce n’est pas ton cas ? ).

 

Par contre vous comprendrez mieux ce qui permet à un couple de tenir, et votre pratique vous aidera personnellement dans votre vie relationnelle et intime. D’autant plus que, durant la formation, nous travaillerons aussi sur nos propres difficultés relationnelles et de couple.

 

Enfin, vu le nombre de divorces et de difficultés conjugales de toute sorte, vous pourrez proposer quelque chose qui viendra répondre à un vrai besoin social.

 

 

A  TITRE  D’EXEMPLE

 

Pour vous donner une idée, voici des extraits du Manuel qui vous sera donné. Evidemment, même une fois ces repères solidement compris et intégrés, tout le travail est affaire de pratique, de doigté, de techniques adaptées, de positionnement juste, et c’est sur quoi les journées de formation seront principalement axées.

Les 22 conditions pour un couple durable et satisfaisant

CADRE  SOLIDE

  • garantir le fait que le lien est privilégié à tout autre, et « indestructible » (mythologie de base). Ce qui passe par :

 

1.  interdiction d’employer la menace nucléaire (on refuse d’employer l’argument de la rupture, quel que soit le niveau du conflit)

2.  on « termine » les questions concernant le souvenir, ou le risque à venir, d’une ou des relations extra-conjugales (cas des couples basés sur la fidélité mutuelle)

3.  même dans l’hypothèse d’un couple « ouvert », il y a des rituels et des façons de faire qui « garantissent » que le lien conjugal reste intact et privilégié

4.  on termine les unfinished-business, pour ne pas avoir des réserves

 

Ce cadre, appuyé sur les fondations de base des premiers temps, est nécessaire pour que le reste puisse s’établir et s’épanouir

FORCES  CENTRIFUGES  CONTROLEES

5.    les mots violents et les attaques personnelles sont exclus

6.  désignations et ton de voix violemment critiques sont rares ; les manifestations de mépris sont systématiquement évitées

7.   pas de violence physique

8.   une certaine intimité corporelle de chacun est respectée

9.   les disputes sont suffisamment fréquentes pour que le « négatif » soit régulièrement ventilé

10. les « pouvoirs » sont suffisamment répartis, ainsi que les rôles

11. les activités «hors couple » sont suffisantes (ni trop, ni trop peu) et en même temps les frontières sont respectées (entre autres, les « secrets » du couple restent « à l’intérieur »)

FORCES  CENTRIPETES  ASSUMEES

12. chacun connaît assez bien ce qui est la vie et le caractère de l’autre (dates, histoire, goûts et dégoûts)

13. chacun donne « suffisamment » ce dont l’autre a besoin : reconnaissance, tendresse, manifestations physiques et affectives, sexualité

14. chacun reçoit suffisamment ce dont il a besoin

15. le soutien mutuel face à l’adversité est la règle

16. le niveau de fusion est bon (activités communes, partages divers)

17. un certain nombre de valeurs sont communes et solidement partagées

18. des temps d’échanges informels, banals, ainsi que des conversations « déstressantes » sont le fond naturel de la relation

NIVEAU  DES  ATTENTES (régulé)

                     19. malgré le désir ardent de son enfant blessé intérieur, chacun renonce à ce que l’autre soit intégralement satisfaisant ou

                            guérissant pour celui-ci. Il suffit qu’il le soit parfois, et suffisamment.

                     20. chacun respecte la nécessité de réaliser aussi son propre chemin

                     21. tous deux sont capables de négociation, c’est à dire d’accepter des compromis sur les conflits, surtout les « insolubles»

                     22. tous deux ont des attentes relativement similaires quant à ce que doit être et devenir leur couple ; le couple est capable                             de consulter (un thérapeute TBC !) avant que cela soit irrémédiable.

 

 

L'animation de cette formation sera assurée par :

 

Pascale LEMAY, Psychopraticienne expérimentée depuis près de 10 années en Thérapie Brève Self Inductive «T.B.S.I.». Formatrice et Superviseuse en T.B.S.I., et en T.B.I.C., Formatrice et Animatrice de Groupe de Thérapie et de Développement Personnel « G.T.D.P. »

 

Jean-Marc HENRIOT Psychologue Psychanalyste, Fondateur de l'Ecole Nationale AIRE, et de la TBSI (Thérapie Brève Self Inductive), ainsi que de la TBIC (Thérapie Brève Intégrative du Couple).